origine pyrenees



boutique
   
carte des regions Carte des régions

Dossier
Territoires
Nature
Personnages
Histoire
Légendes & Traditions
Les sabots de Bethmale
Jouets d'autrefois
Fées des fontaines
. Sources susceptibles
. L'eau et l'église
. Sources de vie
Interview
Galerie
Tribune

Liens
Bloc-notes
Mini reportage
Photos
Animations
Presse
Webcans

liste de diffusion d'origine pyrenees
La lettre mensuelle d'Origine Pyrénées :
actus, animations, promos…
 

les pyrénées

accueil  
   
  le m@g Légendes & traditions
  Fées des fontaines
05/2000

La fontaine serait un génie dont la source serait le regard sur le monde. Les sources seraient des lieux de passage entre le monde des fées et le nôtre.  

 
  Sources susceptibles

Il est de notoriété publique qu’il ne faut pas insulter l’eau des fontaines ou des puits sous peine de la voir disparaître. La Fuente Gloriosa en Aragon se serait arrêtée de couler pendant sept ans à la suite de blasphèmes proférés à son encontre. Les vieux ariégeois invitaient les étrangers à offrir au torrent une pièce d’argent ou une fleur afin de leur attirer la chance.

A Loubatières, en Ariège, une légende évoque une fontaine qui avait la vertu d’embellir ceux qui s’y regardaient. Un homme qui y allait trop souvent finit par irriter les fées, elles disparurent et la fontaine tarit.

Dans le comté de Foix, pour se protéger d’une eau troublée il fallait prononcer la formule : Aigo, aigueto, Té douanaré pa e sal, Me fascos pas mal, Ni a ieu ni as de l’oustal (eau, petite eau, je te donnerai du pain et du sel, ne me fais pas de mal, ni à ceux de ma maison).
 


  Pour que l'eau ne tarisse jamais

La découverte en 1897 en vallée d’Aspe d’un buste représentant une divinité des eaux atteste qu’on lui faisait des offrandes jusqu’au XVIII e siècle.


En 1843, un archéologue trouva dans la source chaude d’Amélie les Bains en Pyrénées Orientales, un lot de pièces anciennes à l’effigie de Caïus et Lucius César ainsi que huit lamelles de plomb finement gravées d’inscriptions mystérieuses faisant référence à de « claires jeunes filles », probablement une évocation des nymphes des sources.

A Boucou dans le Comminges, une résurgence était considérée comme habitée par les fées, lorsque l’eau manquait les femmes s’agenouillaient autour de la fontaine et scandaient : « Hadette, hadoun ! (Petite fée, fils de fée) le fils du roi veut boire de ton eau » et l’eau ne tardait pas à ressurgir. Les malfaisants disaient que le diable voulait boire et l’eau disparaissait car les fées et le diable ne font pas bon ménage.

Les fées des lacs sont les amies des hommes, elles vivent dans de merveilleux palais au fond des eaux et n’aiment pas être dérangées. Elles sont jeunes et belles et souvent les bergers tentent de les étreindre. Le plus souvent ils ne serrent que du vide mais si, par bonheur , elle se transforme en femme, elle sera la meilleure des épouses et pourra prédire le temps, mais gare à l’homme qui transgresse les interdits : Il ne doit pas se retourner ou la regarder lorsqu’elle est nue ou prononcer certains mots comme « folle » ou « fumée » sous peine de la voir disparaître à jamais.

 


  La fontaine de la décapitée

A Lescar dans les Pyrénées Atlantiques se trouve la fontaine de Sainte Quitterie. La légende veut que la source ait jailli à l’endroit où tomba la tête de Quitterie, jeune fille qui avait désobéi à son père en refusant son mariage et qui en fut définitivement punie.

 


  La fontaine ensevelie

Accusée de provoquer la fièvre typhoïde, la fontaine de Navarrenx, en Pyrénées Atlantiques, fut ensevelie par les autorités locales,elle portait l’inscription suivante :

A vous tous qui y puisez
Les trois bons génies
De la fontaine
Vous serviront toujours
Une eau limpide.

Malheureusement les trois génies n’ont pas sauvé la fontaine de la destruction.

 


  A voir aussi dans la boutique : Contes traditionnels des Pyrénées
>Découvrir…